Brevet 200 km ( Versailles )

Personne n’ose mettre la main à la plume pour témoigner de ce brevet organisé à Versailles. Bon! j’y vais!
Nous sommes partis, Christian , Vincent et moi vers les 5 heures 25 précises d’Andrésy: Christian voulant rentrer pour voir le match de rugby.
Nous avons observer une minute de silence en la mémoire de Jacques Le Yoncour, trop tôt reparti pour sa Bretagne. Christian nous a épargner le de profundis et a préféré filer droit et ne pas s’arrêter au point de rendez vous initial où le bas peuple l’attendait. Nous avons sauté sur nos machines pour revenir à la hauteur de notre Albatros et caresser l’espoir d’un bonjour.
Nous arrivons à Porchefontaine vers les 6 heures 30 en ordre dispersé : chacun pensant prendre la route la plus courte. Les arrivée d’Alain, Jean Pierre, Christophe et Gilles obligèrent les trois premiers à former groupe. Un copain de Vincent va se joindre à nous pour s’ élancer sur ce 200.
Le parcours ne propose rien de nouveau, excepté, le fléchage sur son ensemble. Garmin s’en réjouit, il peut faire sa vie de son côté, fidèle à son habitude.
Au bout de quelques kilomètres, dans la montée de Buc, le peloton explose. Christian , Vincent , benoit et moi , nous nous retrouvons devant à quelques longueurs du gros de la troupe. Nous tergiversons, parlementons, discutons de tout et de rien, remettons en place nos oreillettes invisibles afin d’entendre la voix de la conscience nous dire de ralentir. Nous levons le pied, Christian parle de tout et de rien et surtout du futur Paris Brest Paris, relate avec ferveur et enthousiasme ses mauvais souvenirs du 1000 de Longjumeau et s’aperçoit avec horreur de la présence dans le peloton d’un nommé Laforges, celui-là même qui a organisé ce brevet. Ce dernier aura aussi appris qu’il a été rebaptisé d’un surnom :  » l’enclume ».
C’est vers les 9 heures 20 que nous arrivons au premier contrôle, à Etrechy, en ordre dispersé. Tout le monde s’attend pour repartir. Nous n’avons pas rattrapé l’américain, nous avons oublié l’enclume et avons laissé partir les maillots jaune et vert du tour de France. La seconde partie aurait du s’annoncer plus calme. Il n’en fut rien . Je fus même obligé de mettre le 50. Les 20 derniers kilomètres, avant Recloses, ressemblaient plus à une cyclosportive qu’à une randonnées de facteurs.
Nous avons mis 2 heures pour effectuer les 47 kilomètres qui séparent Recloses d’Etrechy. Repas frugal est pris en ce point de contrôle où l’on attendra tout le monde. Toutefois, Christian s’en va , le rugby n’attend pas.
Benoit et moi décidons de manger tranquilos et d’attendre. Vincent, Jean Pierre – qui se sont arrêtés à Milly la Forêt pour valider un brevet – Alain, Christophe et Gilles ne tarderons pas trop. Puis arrive Laurent, exténué, pas loin de mettre pied à terre et de ranger
définitivement son vélo. Christophe n’a pas l’air d’être bien, Alain semble inquiet à son sujet.
Mais, tout le monde mange et repart ensemble.
Tous ensemble, nous allons pédaler jusqu’au point de contrôle de Marolles. L’ambiance est bonne et sereine grâce à Vincent qui impose à chacun l’allure cyclo : on ne dépasse pas les 25/26 de moyenne. Tout le monde reprend des forces et du courage pour l’emballement final. Les côtes de Breuillet, Bel-Air, Villiers le bâcle et Buc font peur et impose à chacun de bien s’alimenter, en terrasse de café. Ca sent les vacances, il fait chaud, les premiers coups de soleil sont là. Benoit avait anticipé et avait badigeonné ses bras de crème solaire. Moi, non!
Mais il faut repartir et se confronter aux premières bosses de cette fin de parcours. Breuillet va faire exploser le groupe. Alain Jonin fait bonne impression jusqu’à son sommet pour ensuite disparaitre. Bien calé dans les roues de Vincent et Benoit, je ne me laisse pas surprendre pour l’accélération du premier. Mais force est de constater que je n’ai pas encore le foncier nécessaire pour me mesurer de la sorte. Ca devient dure avant Bel-Air, ca se corse dans Villiers le bâcle pour céder dans ses ultimes hectomètres. Je reviens sur le replat, mais difficilement. Nous montons Buc d’une façon plus cool et basculons sur Porchefontaine, détendus.
Nous arrivons Vers 16 h 15 / 16 heures 20. Alain nous suit à 5 minutes. Puis arrivent Laurent, Gilles, Christophe et Jean Pierre. Christian est arrivé quant à lui à 16 heures: il a juste eu le temps de voir les 20 dernières minutes de son match.
Un grand bravo à nos deux jeunes recrues, issues de l’école du VTT d’Andrésy.
Christophe et Gilles peuvent être fiers de leur prestation.
Quant à Vincent et moi, nous rentrons sur Andresy par la forêt de Marly.
Ce fut une très belle journée, marquée par le souvenir d’une bonne ambiance.
Prochain Rendez-vous à Villepreux le 16 avril prochain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s